« Comme l’abeille qui a amassé trop de miel, j’ai besoin de mains qui se tendent. Je voudrais offrir et distribuer… »
Nietzsche, Ainsi parlait Zarathoustra.

crédit photo : thomascrabot.com

Pierre Héber-Suffrin naît à Paris en 1942. Depuis lors il apprend et enseigne.

En 1980, prof. de philo. il est las d’être incapable de lire Nietzsche malgré les cours et livres qui avaient prétendu le lui expliquer. Il décide alors de s’attaquer, tout seul, directement, au principal livre de Nietzsche : Ainsi parlait Zarathoustra. Il tâtonne, s’acharne et, progressivement parvient à déceler la philosophie que cachent les aphorismes poétiques.

Son instinct de prof. l’incite à partager cette découverte. Ainsi naît un premier livre, Le Zarathoustra de Nietzsche, consacré aux premières pages, au « Prologue » introductif d’Ainsi parlait Zarathoustra.

Le succès de ce premier livre l’encourage.

De là une multiplicité de travaux : préfaces, articles, conférences, livres (dont une thèse de Doctorat d’Etat).

De là surtout, s’appuyant sur une nouvelle traduction faite tout exprès par Hans Hildenbrand: un livre en 4 tomes : Lecture d’Ainsi parlait Zarathoustra. Une « somme magnifique », dira Michel Onfray (Cosmos, p. 519), qui rend le livre de Nietzsche « limpide, clair, lumineux » (Le Point).

De là aussi que, contacté par un acteur et metteur en scène, Smael Benabdelouhab, Pierre Héber-Suffrin écrit une version théâtrale d’Ainsi parlait Zarathoustra et participe, par des entretiens avec le public, à des spectacles plusieurs fois repris à Paris et en province.

Et de là enfin une adaptation d’Ainsi parlait Zarathoustra sous forme de Bande-Dessinée, réalisée avec le concours du dessinateur Jean-Louis Lebrun.

Reste à préciser que le souci de partager de Pierre Héber-Suffrin ne s’arrête pas à Nietzsche.

Preuve en est qu’il a publié le Journal de son grand-père martiniquais, capitaine dans la marine marchande à l’époque où la vapeur remplace la voile, époque où la Montagne Pelée détruit Saint-Pierre….

Et preuve en est que, depuis son départ en retraite, il anime régulièrement des séminaires consacrés au déchiffrage de textes philosophiques d’auteurs divers ainsi que des conférences.

« J’ai passé toute ma vie à partager ce que j’ai appris » confesse-t-il.
Gageons qu’il ne s’arrêtera pas là.

Fermer le menu